Récit d’un surf trip solidaire: partie 3

Rencontre avec le club Asilah Surf

 

Première journée de surf et découverte d’Asilah.

 

 

 

Le lendemain direction le spot de Briech à 10 min au nord d’Asilah pour notre première session au Bled.

Impossible de trouver à manger le matin, en effet, pendant le ramadan la plupart des commerces sont fermés le matin et la ville commence à émerger vers 13h.

Ce sera donc une session le ventre vide…

 

Petites conditions ventées mais 1er surf au Maroc donc refait.

 

 

En arrivant a Briech on découvre le spot à marée basse, vu le banc de sable à découvert sur la plage, nous pensons que le spot doit mieux marcher à marée haute mais comme personne n'a pu nous renseigner sur les horaires des marées impossible de savoir si celle-ci remonte ou continue de descendre.

 

 

Le spot

 

beachbreak consistant qui marche plutôt à marée haute avec des peaks en gauche et en droite. Le spot capte bien la houle mais est aussi très exposé au vent.

 

Le spot marche jusqu'à 2 mètres, après il sature. 

 

 

 

 

 

 

Dans l'ensemble, les marocains n'ont pas trop l'air de se soucier du niveau de la marée pour aller surfer, ils ne regardent pas trop non plus les prévisions, lorsqu'on leur demandait,

 

«Tu sais si y'a du surf demain? »

 La réponse était souvent:

 « On verra, inch Allah».

 

 

Petite visite de la ville l’après- midi et le soir Rachid nous emmène dans un café où tous les jeunes se retrouvent pour discuter autour d’un thé à la menthe. L’ambiance est vraiment détendue et nous avons pu discuter de surf, du Maroc, de l’islam, etc.

 

 

 

Les discussions commençaient en anglais et finissaient en français en passant par l’espagnol, c’était vraiment sympa de pouvoir discuter de tout quasiment sans retenue.

Ce sera l’occasion de rencontrer pas mal de personnes de l’Asilah surf club comme Saed, Yassine, Hicham,

En discutant avec eux du ramadan, on a appris qu’ils ne surfaient pas durant cette période car ils ne pouvaient pas prendre le risque d’avaler de l’eau en surfant. Bien que l’on ait été un peu déçus de ne pas pouvoir surfer tous ensemble, nous comprenions leur choix.

Ce soir là ils nous parlèrent d’un spot de surf situé à quelques kilomètres au Sud d’ Asilah nommé Paradise Beach. On décide donc d’aller découvrir ce spot le lendemain.

 

 

Info Utile

 

 

Hotel de Rachid : RIR II

Situé dans un quartier calme du centre ville à 100 mètres de la plage

3 lits, cuisine, clim, balcon, douche : 300 dirhams/jour

 

www.rir2apparthotel.com/

 

 

 

 

 

L’anecdote



 

En allant au marché on rencontre Sidi Abdul, un gardien de parking / agent immobilier / guide touristique / dealer de hash et de babouches qui nous propose donc ses services de guide touristique cette fois-ci.

 

On cruise avec lui dans la médina et le souk pendant 2 heures, où il nous propose d’acheter des trucs toutes les 2 secondes, c’est là que l’on découvre son vrai métier : Agent Commercial, commissionné sur tous les produits de la ville…

 

 

 

 

La session à Paradise beach

 

Départ à 9h du mat avec saed pour la plage de paradise beach.

 

 

Paradise beach, le spot de surf d'asilah !
à 10 min en voiture au sud de la ville, beaucoup de touristes mais cela reste une plage trés agréable.

 

 

Arrivés là- bas, Said veut d’abord nous initier à la « Morrocan Sunscream ».

Il nous emmène vers les grottes pour aller chercher de l’argile dans les failles de la falaise. Le principe consiste à s’étaler de l’argile sur le corps de manière à créer une barrière contre le soleil. Malheureusement la morrocan sunscream n’est pas waterproof donc une fois dans l’eau, plus de protection solaire (cela aura au moins eu le mérite de bien nous nettoyer la peau).

 

 

 

On a eu un bon surf ce jour là avec très peu de vent, une petite houle de 3 à 4 pieds assez propre et une température d’eau légèrement plus élevée que dans le pays basque ;   on pouvait surfer en maillot pendant des heures.

 

 

Bonne session avec peu de vent et seulement 2 personnes à l'eau timote et moi (Martin).

 

 

 

Le spot

 

 

Paradise beach

beachbreak consistant qui marche à toutes les marées avec des peaks en gauche et en droite.

Le spot capte bien la houle.

 

Le spot est assez connu à Asilah donc il y a pas mal de monde mais comme la plage est grande, ça ne dérange pas trop.

 

Paradise beach

 

 

 

L’association d’Asilah

 

 

 

Les jours suivants,  nous avons rencontré beaucoup d’amis du club et notamment Icham le président de l’association culturelle d’Asilah. Cette association comprend différents clubs destinés aux jeunes d’Asilah, des clubs d’art, de théâtre, de sports, et de surf. Nous avons un très bon contact avec Icham, c’est quelqu’un de très engagé dans le développement de sa ville natale. Nous avons aussi pu nous rendre au local du club de surf. Nous avons découvert un petit local de 15 m² situé dans le centre où étaient rangées les planches, les combinaisons, et le matériel de réparation. On a passé pas mal de temps là bas à discuter et à réparer les planches ensemble.

 

 

Asilah Surf Club

 

 

 

Le portrait

 

Yassine est le premier surfeur d’Asilah, il a commencé à surfer tout seul il y a 10 ans sans personne pour lui apprendre, ni même de vidéo de surf pour s’inspirer.

Yassine est selon ses potes, le meilleur surfeur d’Asilah, il semble toujours motivé et trouve toujours le temps d’aller surfer malgré son travail à Tanger et sa famille.

Nous avons vraiment regretté de ne pas avoir pu surfer avec lui.

 

Dans le village d’Asilah c’est un bricoleur reconnu, il répare tout, les télés, les vélos, les planches de surf, etc tout ça avec les moyens du bord bien entendu.

Il nous a d’ailleurs montré pas mal de réparations qu’il avait faites sur les vieilles planches du club, et qui étaient dignes de celles faites par les vrais shapers .

 

 

Sa dernière création était un moule pour pouvoir fabriquer ses propres dérives.

Les dérives sont chères au Maroc donc très rares et nous avons pu remarquer dans les asso que beaucoup de boards qui étaient encore en bon état n’etaient plus surfées car il manquait des dérives.

 

 

Yassine et son moule à dérive.

 

 

 

Les dons

 

 

 

 

 

Grâce aux nombreux dons des particuliers et des entreprises de notre région nous avons pu donner au club d’Asilah :

 

6 planches de surf

20 combinaisons

12 lycras

3 jeux de dérives

3 Leashs de surf

3 paires de palmes bodyboard

1 kit de réparation